Home


Introduction

Listen


Buy

Credits

Press


Clair Obscur

Optical Sound



Optical Sound OS.052

L'Orchestre Improbable

Sandy Amerio &
Maria Baptist


Xavier Bussy


Superamas &
Walking Dead Cats


Pierre Beloüin

Art Konik

Christian Vialard

Mirka Lugosi

Mathieu Farnarier

Gilles Berquet


Will Ges

Thierry De Lavau

P. Nicolas Ledoux

Alice Karloff

Winston Tong

Jérôme Poret



Bonus

Melissa Epaminondi


WE GAVE OUR MUSIC
TO THE GODS

AND
THE GODS
REMIXED IT

press
PRESS(E)

OBSKURE

CLAIR OBSCUR
We Gave our Music to the Gods and the Gods remixed it
(Optical Sound)
PLASTIQUE SONORE / ROCK EXPERIMENTAL / COLD WAVE
Comme son nom l’indique, ce disque est basé entièrement sur des remixes
de titres du dernier album de Clair Obscur. Le terme de « remix » est, cela dit,
trompeur, tant les artistes présents ici ont re-écrit, chanté parfois avec leurs propres voix
et joué avec leurs propres instruments les titres initiaux. L’originalité du concept réside
dans le fait que les « musiciens » sont tous issus du milieu des arts plastiques,
graphiques ou de la performance. Je ne sais si ce facteur a joué, mais les versions
dépassent souvent les originaux dont elles s’inspirent. Le premier morceau à lui seul
vaut le détour. Voici longtemps que je n’avais entendu une entrée en matière
aussi puissante. Reprenant le titre « The Last Encounter », Thierry Weyd et Pauline
Franceschi, grâce à des arrangements saturés minimalistes, trois notes d’orgue répétitives,
des frottements de cordes de violon ajoutés à la voix droite et tendue de Christophe
Demarthe posent une ambiance étouffante, cauchemardesque, à glacer le sang.
Sandy Amerio et Maria Baptist apportent une touche très sensible au titre
« This Song is for you GPO » avec leur version piano/chant. « I hope you’re fine »
par Xavier Bussy amène l’univers de CO dans des territoires plus pop, mais tout aussi
mélancoliques, alors qu’ « Es War » par Will Ges, déménage sec et s’impose comme
un véritable tube de minimale électro tendance germanico-martiale. Le chant de
Demarthe y est magnifié par des orchestrations prenant souvent la voix comme matière
sonore rythmique. Cerise sur le gâteau, la présence de Winston Tong (Tuxedomoon)
pour une reprise décadente à souhait du « Decades » de Joy Division. Un beau programme.
Mäx Lachaud - janvier/février 2011

OBSKURE INTERVIEW
http://www.obskuremag.net/articles/clair-obscur/


ELEGY
CLAIR OBSCUR
We gave our music to the Gods and the Gods remixed it
(Optical Sound)
Les Demarthe ont le sens de la formule : We gave our music to the Gods
and the Gods remixed it. Quel titre pour un album de remixes !
Rappelons que l’album original s’intitulait We gave a party for the
Gods and the Gods all came. Pour ces reconstructions, Clair Obscur a
fait appel à des amis, presque des frères d’armes, pour la plupart
plus artistes plasticiens que musiciens. Bonne idée, car l’ensemble
est tout à fait réussi et créatif. La plupart réinventent les morceaux
de Clair Obscur d’auguste manière, apportant le plus souvent une
touche fortement industrielle, apocalyptique ou cauchemardesque qui
sied parfaitement à "The Last Encounter" notamment, retravaillé par
Thierry Weyd et Pauline Franceschi, mais aussi par Jérome Poret,
P.Nicolas Ledoux (avec l’ajout de sons d’hélicos et de samples de Pink
Floyd du plus bel effet) ou Mirka Lugosi. Le compagnon de cette
dernière, Gilles Berquet remixe « It’ll be allright » avec une humeur
toute aussi industrieuse quoique plus minimale, tandis que Pierre
Belouin, boss du label Optical Sound, martyrise ce même titre avec un
plaisir sadique et fouettard. Le fait que plusieurs mêmes titres se
voient remixés peut tout de même s’avérer parfois redondant (un seul
remix de « Mon ami, mon frère » aurait sans doute suffi, même si les
deux présents sont parfaitement efficaces), mais la qualité de ces
véritables réinventions l’emporte aisément. We gave our music to the
Gods and the Gods remixed it mérite donc votre obole.
Yannick Blay
- février 2011


TRINITY
CLAIR OBSCUR
We gave our music to the gods and the gods remixed it
(Optical Sound)

Après le retour d'un Clair Obscur insoumis en 2009 avec un album
contaminant et bruissant de pièces sonores explosantes-fixes
("Es War", "I hope you're fine", "Mon ami, mon frère"...),
nous retrouvons la formation à travers un exercice distancié :
seize artistes offrant leurs visions de ce fameux album.
Désormais renommé "We gave our music to the gods and the gods
remixed it", le disque est tour à tour disséqué, dissous, mis à nu,
capturé, écartelé par une pléïade de personnalités issues non seulement
du monde musical mais aussi de celui des artistes plasticiens.
Seul la répétition des mêmes titres ("The last encounter" pas moins de 4 fois)
pourrait rebuter, pourtant cet atelier de démontage, remontage, exploration
et variation déjoue les réserves. Du céleste et instable Orchestre Improbable
qui palpite tel un Tuxedomoon zébré de Pink Dots devenus microcosmiques,
au piano spoken word de Sandy Amerio & Maria Baptist entre cabaret
à la Hermine/Nico. Du précis  Xavier Bussy au groovy torve de Pierre Beloüin...
Nous pourrions les évoquer un à un, car chaque titre malaxe le son, les mots,
la mélodie et assène un autre sens. Le résultat peut être electronique, post-industriel,
cold... le disque possède malgré tout une belle unité, un certain regard (sic).
A déguster sans tarder !
Stanislas C. - jeudi 9 juin 2011
http://www.asso-trinity.org/Trinity-Chroniques.php?page=affiche&chronique=982